Aggrandir la taille du texte R�duire la taille du texte imprimer cette page

Nos réalisations

Introduction à l'Assemblée Générale de 2018 - Bilan au 31/12/2017 et Budget 2018

1983 - 2018

 

Ternay, le 18 Mai 2018 : 35è Assemblée Générale de Notre Association "Peuples des Collines"

 
Cette année pas de fête à l'occasion de cet anniversaire, mais l'Assemblée Générale nous a semblé être l'occasion d'une courte réteospective d'évènements qui ont jalonné notre parcours de 1983 à 2018. 35 années de travail, de générosité, de confiance réciproque, que vous avez soutenus si fidèlement...
 
Avec le recul, nous nous sommes aperçus qu'une série de rencontres et d'évènements heureux, nous ont encouragés à poursuivre jusqu'à ce jour notre de l'Inde au BANGLADESH.
 
  • 5 novembre 1983 – Nous sommes quatre ou cinq à répondre à l’appel de l’association PARTAGE où nous avons un parrainage et qui voudrait construire un dispensaire au Liban.  L’idée nous vient d’inviter un artiste. Nous pensons à Jean-Christian MICHEL célèbre clarinettiste dont nous apprécions la musique. Nous ne connaissons rien à l’organisation d’un spectacle mais après avoir eu la chance de le joindre début septembre 83,nous avons dû faire face ; il nous impose impérativement une date pour sa prestation, le 5 Novembre soit 2 mois plus tard.
 
  • Il nous fallait impérativement  trouver un très vaste volume – nous cherchons en vain une église libre et nous nous adressons carrément au Recteur de la Cathédrale St Jean à LYON  qui accepte que le concert se fasse ici.  Une course folle s’ensuivit pour demander les autorisations officielles, prendre les assurances, trouver des sponsors, faire la billetterie et la publicité, coller plus de 2300 affiches dans Lyon et alentours, passage au JTde la télévision régionale, retenir les pompiers et la police...et même des chicanes pour le cas d'affluence, etc...(on y croyait!). 
 
  Et le 5 Novembre 1983, la Cathédrale St Jean accueillait 1 500 spectateurs…
 
Ce fut un instant magique, une soirée inoubliable  qui surtout nous a donné une énergie et un encouragement suffisants  pour nous lancer dans une aventure formidable.
 
Il nous fallait nécessairement nous constituer en association loi 1901 ; Le 13 septembre nous avions déposé nos statuts à la Préfecture.
 
 
Notre association a vécu en réalité deux époques :
 
l’une de 1983 à 1997 où nous avons participé aux programmes de Partage-Compiègne et en particulier à l’ouverture d’une école à Calcutta (BODHICARIYA) pour des enfants des tribus du Bangladesh exilés en Inde et ce, par un travail incessant de recherche de parrainage (plus de 150), par des ventes d’artisanat, des forums et autres journées de solidarité
 
Début 1997, nous ne sommes plus en accord avec la façon de Partage de gérer le budget de Bodhicariya, nous quittons Partage...
 
 
 
En Avril 97, nous déposons de nouveaux statuts à la Préfecture, sous le nom de « PEUPLES DES COLLINES ». Ce choix va nous emmenés au BANGLADESH, et nous intéresser aux réfugiés Chakmas, Tripuras et autres Tribus qui viennent  de passer 11 ans dans des camps en Inde.  En décembre 1996, à la signature « des Accords de Paix » entre le nouveau Gouvernement et les responsables de la minorité tribale,  60 000 personnes reviennent donc dans les Chittagong Hill Tracts mais ne retrouvent ni terre ni maisons,  prises par les colons bengalis, ce qui avait motivé leur départ en Inde.
 
Nous sommes maintenant libres de choisir nos projets et nos correspondants. Mais comment entrer dans ce pays sans le connaitre et vouloir y travailler pour les autochtones ex-réfugiés
 
Je dois vous parler d’un homme providentiel que nous avons connu fortuitement, Monsieur LEJEUNE, fonctionnaire français à la retraite et récemment converti au bouddhisme. Il passait beaucoup de temps en Inde et au Bangladesh à la rencontre de bouddhistes et donc de membres des tribus, eux-mêmes, bouddhistes !
 
C’est ce Monsieur qui va nous présenter fin 97 à un homme de la tribu des Chakmas, Mr Upendra lal chakma, responsable politique dans les villages du Nord des CHT d’une part, et à un Missionnaire canadien, francophone et polyglotte, le Père Pierre BENOIT à l’Evêché de CHITTAGONG, au Bangladesh depuis 40 ans.
 
Munis de ces deux solides références, nous avons pu démarrer sans délai des projets de re-développement pour de nombreuses familles d’ex-réfugiés des villageois d’une part et contribuer à l’éducation de tous les enfants autochtones des CHT dans les 5 Missions supervisées par le Père Benoit.
 
Monsieur Upandra CHAKMA est décédé 6  ans après le début de notre collaboration, le Père BENOIT en 2014 et le plus… surprenant Monsieur Lejeune est décédé de la Malaria à Chittagong, assisté du Père BENOIT en 2000, 3 ans après que nous l’ayons connu !
 
Depuis plus de 15 ans, notre correspondant pour le développement des villages  est un jeune Chakma, Ghana Jyoti, de toute confiance ; il est notre indispensable collaborateur sur place. Je voudrais vous dire,qu’une fois de plus, nous avons eu une chance providentielle : il devait venir en France avec le groupe des 72 garçons arrivés en Octobre 1987, puis, ses parents l’ont retenu au dernier moment ; Il est resté au Bangladesh mais sans sa collaboration nous arrêterions immédiatement notre travail dans les Collines.
 
J’ai repensé aussi à un fait vraiment curieux qui a bénéficié à l’association : il se trouve qu’en emmenant un groupe de Chakmas français dans le Sud-Ouest en rencontrer d’autres, j’ai fait la connaissance d’excellents calligraphes, les Adams, un Anglais et une américaine ; ce sont eux qui m’ont appris la calligraphie et permis à mon tour de donner des cours qui ont apporté à « Peuples des Collines » une part de ses ressources et surtout de créer un réseau très sympathique de nouveaux calligraphes qui fonctionne depuis près de 30 ans.
 
Je pourrais vous citer d’autres faits qui montrent combien nous avons été aidés par les circonstances et vos contributions pour avancer en confiance sur les chemins du Bangladesh jusqu’à ce jour…

Courrier du 19 décembre 2017 aux adhérents

Chers Amis,

Par la presse et notre courrier de Juillet dernier vous avez été informés des malheurs qui ont frappé les populations tribales des Chittagong Hill Tracts où nous intervenons depuis plus de 20 ans : incendies criminels de 300 maisons  par les Bengalis dans le village de LONGADU (au Nord du Lac Kaptaï), des pluies torrentielles qui ont entrainé des glissements de terrains historiques dans la même région et plus particulièrement à Moanoghar à RANGAMATI bien que toute la région ait été touchée de Bandarban à Chittagong.

Plus récemment, c’est aussi l’exode massif de centaines de milliers de réfugiés Rohinghas rejetés cet été de Birmanie et rassemblés tout au Sud du Bangladesh dans des camps de fortune encore inondés par les pluies d’une mousson persistante. Nous regrettons que notre modeste budget ne nous permette pas d’intervenir dans cette catastrophe humanitaire

Projet MOANO-GHAR été 2017

C’est avec spontanéité et une incroyable générosité que vous avez répondu à notre appel du 12 juillet pour la remise en état du site de Moano-Ghar à RANGAMATI, cet unique collège de 1340 élèves autochtones,  dévasté par l’effondrement des nombreuses collines souvent coiffées d’un bâtiment alors au bord du vide.

A ce jour, notre contribution aux travaux se sera élevé à 20 000 euros (1 euro = 90 TK environ, monnaie du Bangladesh). Cet argent a permis tout d’abord de faire face à une situation d’urgence (accueil de familles sans abris et frais médicaux) puis, mi-septembre, à l’arrêt des pluies, organisation de premiers travaux titanesques de remblaiement des pentes, au moyen de milliers de sacs de terre empilés entre des rangées de pieux (voir les photos jointes), déblaiement de terre accumulée sur un grand bâtiment scolaire et réfection des allées.

Toute l’équipe des responsables de Moano-Ghar vous est infiniment reconnaissante de lui avoir permis d’accueillir à nouveau les élèves assez rapidement bien que la remise en état continue…

Projets de Puits : l’un, profond, avec équipement d’une pompe électrique à Lampachara (1 100 euros) et 10 autres puits simples (à 145 euros l’un) dans 3 villages démunis d’eau potable (1 450 euros) courant novembre.

100 opérations de cataracte :  Le 3 décembre un premier bus de 35 patients partait pour l’hôpital de Chittagong, accompagné par notre fidèle Ghana Jyoti Chakma qui a remis au trésorier la somme de 4 800 euros, frais d’hôpital et de transport, envoyés par mandat Western Union. Le 17 décembre, 35 autres personnes seront accompagnées et le 23², 30 autres.

Malachara : le bassin pour la pisciculture : En 2016, nous avions financé l’aménagement de ce vivier mis à disposition par un habitant du village avec, en contrepartie, une contribution du revenu de la pêche qui financerait une partie de quelque projet du village. L’an dernier le revenu n’a pas permis de rétribution à notre association. Cette année, Ghana Jyoti nous a confirmé qu’une partie du bénéfice pourra financer 3 des 10 puits  et l’achat de 5 pylones électriques pour une prochaine installation.

Evêché de Chittagong : Depuis 1998, nous avons contribué à l’hébergement d’enfants de villages tribaux très éloignés des centres scolaires en les accueillant dans les Missions du Sud des Chittagong Hill Tracts (région des Collines) de Bandarban, Kholajiri, Bolipara et Thanchi.  En accord avec les responsables, nous avons cessé notre collaboration pour pouvoir continuer notre soutien au développement des ex-réfugiés des villages du Nord et au collège de Moano-Ghar. Une somme de 6 000 euros a été envoyée pour solder un reliquat de 2016.

Nitendriya Chakma : C’est le jeune homme victime de très graves brûlures lors dans l’incendie dû à l’explosion de la chaudière de l’usine où il travaillait. Après avoir été pris en charge pour les premiers soins aux grands brûlés au Medical Collège de Chittagong, il s’est tourné vers notre association pour la poursuite des soins et une aide familiale. Nous lui avons octroyé 500 euros par trimestre depuis septembre 2016 ; nous avons décidé de ne continuer pour 2018 que le financement des frais de scolarité de ses trois enfants (deux garçons de 5 et 8 ans  et une fille ainée 13 ans) 400 euros demandés pour l’année 2018. Ils trouveront dans la famille élargi.
 
En vous remerciant à nouveau pour votre soutien fidèle, les membres du bureau se joignent à moi pour vous souhaiter un agréable Noël et une très bonne année 2018.

Courrier du 17 Novembre 2018 aux adhérents de l'association "Peuples des Collines"

Chers Amis,
 
 
Le 15 mai dernier, une quarantaine de membres de l’association, venus à Ternay, de plus ou moins loin, étaient réunis pour l’Assemblée Générale Annuelle, et vous-même avez reçu par courrier, les comptes et le détail du travail accompli auprès des minorités du Bangladesh ces dernières années, grâce à votre extraordinaire et fidèle générosité.
 
 
Notre engagement à tous auprès de ces familles le plus souvent « ex-réfugiées », contribue justement à leur procurer un peu de réconfort et leur permet de croire que dans notre monde occidental de nombreuses autres familles partagent leurs soucis et leurs difficultés.
 
Nous souhaitons continuer le plus longtemps possible à leur apporter un soutien, selon les moyens dont nous disposerons.
 
 
 
La période de la mousson a mis au point mort les transports de bus, les forages et les travaux à Moanoghar. Mais, depuis le mois de juin, notre correspondant Ghana Jyoti Chakma constituait une liste d’attente de patients à opérer des yeux. Cette intervention intervient chez nous entre 60 et 80 ans environ, au Bangladesh la durée de vie se situant actuellement à 70 ans, les candidats pour une cataracte ont de 45 à 60 an. (En 1960, l’espérance de vie au Bangladesh était de 46 ans !). 
 
 
 
Donc, un premier bus a emmené 35 personnes le 10 Octobre à l’hôpital ophtalmo de Chittagong (7 n’ont pu l’être, souffrant d’autres pathologies), un 2è bus partait le 20 octobre avec 36 personnes toutes opérées et un 3è ce 29 Octobre dernier avec 38 patients tous opérés. Total, 
 
102 interventions à 44 euros l’une , soit 4 500 euros auxquels il faut rajouter 900 euros pour la location et 3 aller-retour de bus ainsi que la rétribution de 2 aides. Nous avons reçu à chaque retour la liste des patients et les acquittements de l’hôpital. 
 
 
Trois forages de puits sont prévus dans les villages de Natunpara, Hajachara et East Tarabunia, dans le N. des CHT. Le premier sera mis en œuvre ce mois-ci. Les suivants en Jnvier. Le coût total est évalué à 3300 €. Transport du gros matériel et forage.
 
 
En décembre l’installation par le gouvernement d’une ligne électrique, avec notre contribution, devrait être terminée en décembre dans le village de Boalkhali ; en Mai et en Août, nous avons versé chaque fois 1 000 euros d’acompte sur un coût total de 2 800 €, prix de 28 poteaux qui desserviront des dizaines d’habitations. Chaque famille devra trouver 90 à 100 euros, frais de liaison individuelle avec la ligne et accessoires.
 
 
 
Début juin, un cyclône s’est abattu très localement sur le village de Dhighinala, dévastant les habitations. Les familles se sont réfugiées pendant deux nuits dans les collines, hors du village inondé. Les villageois ont obtenu une très minime aide du gouvernement pour racheter des couvertures.
 
 
Moanoghar.
 
Les travaux de remise en état du site, suite aux catastrophiques inondations et glissements de terrain de Juin 2017, sont presque terminés, à part le mur de soutien d’un dortoir situé au sommet d’une petite colline. Le prix de cette réfection atteint 9 à 10 000 euros, 3 000 € versés le 11 avril 2018 et 2 000 € le 3 septembre, en acompte des travaux.
 
La mousson de cette année n’a pas endommagé le relèvement des différentes collines effondrées et remblayées solidement par des pieux.
 
.
 
Le projet PANCHGAON, nourriture et scolarisation d’enfants de ce village se poursuit sous la responsabilité de Miss Suzanna HACHA qui nous envoie régulièrement ses dépenses et budgets d’un montant de 6 500 à 7 000 euros annuellement.
 
 
 
En profitant du dernier voyage à Chittagong, Ghana Jyoti a emmené les parents et leur bébé de 15 jours, né avec un pied déformé. Un médecin de l’annexe de l’hôpital l’a examiné et donné un traitement d’un mois. Les parents y retourneront fin novembre où un 4è groupe de 30 personnes est prévu pour l’opération de cataracte.
 
 
Nous regrettons beaucoup de ne plus pouvoir pénétrer dans les C.H.T. en tant qu’étranger. 
 
L’interdiction s’est encore renforcée ; grâce à nos relations presque quotidiennes, par internet, téléphone et photos avec Ghana Jyoti et Nishan CHAKMA nous pouvons continuer en toute confiance les projets, grâce à leur intégrité et leur engagement total pour la cause de leur peuple.
 
Votre soutien nous est indispensable aussi pour que dure encore l’espoir et la reconnaissance des centaines de familles qui reçoivent soins, éducation et amélioration des conditions de vie.
 
 
Nous vous remercions à nouveau très chaleureusement, Chers Amis, d’être les acteurs d’un partage fidèle et confiant.
 
 
 
Très cordialement,
M-C.Rubin 
 
 
 
 
** Nous vous rappelons la parution d’un livre en deux volumes, ayant fait l’objet en 2017 d’une thèse de Monsieur Paul NICOLAS, professeur agrégé de Géographie et famille d’accueil d’un garçon du Bangladesh, arrivé en 1987 avec le groupe de 72 Chakmas, accueillis dans des familles françaises.
 
Le titre en est : « La fabrique d’une communauté transnationale » 
 
aux éditions Lharmattan.
 
Il a suivi de près l’évolution de ce groupe, ce qui l’a conduit à étudier la situation de la minorité Jumma (toutes les tribus confondues dans les Chittagong Hill Tracts du Bangladesh).
 
 
https://www.babelio.com/livres/Nicolas-La-fabrique-dune-minorite-Les-Jummas-au-Banglade/1045033.
 
De la même façon, un commentaire (même critique) suite à l’article que j’ai écrit pour la revue The conversation lui donnerait un peu d’écho et faciliterait sa diffusion. En voici le lien. 
 
http://theconversation.com/les-jummas-les-parias-du-bangladesh-97105
 
 
 
**Nous avons eu connaissance d’un livre sur la tragédie des « ROHINGYAS » ; il s’agit du témoignage d’un jeune Rohingy, à la fois terrible et puissant,
 
le titre : « Un Rohingy parle » de Habiburhaman avec Sophie Ansel journaliste 

Bilan de l'exercice clos le 31 décembre 2017 de l'association

                              

Bilan de l’association « Peuples des Collines »
A C T I F     P A S S I F

Trésorerie

Banque caisse d’Epargne           
Caisse                                    
Livret Caisse d’Epargne             

1 309,00 €
   255,08 €
4 023,57 € 

Fond associatif 
Perte    

 

- 265,15 €
5 852,80 €

  5 587,65 €   5 587,65 €

 

Résultats d’exploitation
RECETTES     DEPENSES
Dons Ponctuels 8 950,00 € Achat de matériel stages 249,04 €
Dons réguliers mensuels ou tr. 8 790,92 € Papeterie et photocopies 129,48 €
Dons « Appel » Moanoghar  17 765,00 €  Frais Ass. Gén. Sono 138,00 €
Subvention Fondation de Fr. 16 000,00 € Frais bancaires 225,13 €
Don Association PARCOURS 5 000,00 € Frais postaux et de W.U. 1 570,87 €
Stages calligraphie 6 770,00 € Assurance R.C. 196,44 €
Dons except. Construction MG 24 850,00 € Dons BANGLADESH 92 286,00 €
  88 941,16 €   94 793,96 €

 

Répartition des sommes envoyées au BANGLADESH en 2017
Parrainage et frais de formation   4 351 euros
Action de développement dans les villages   6 090 euros
Village de PANCHGAON éducation et nourriture enfants  8 200 euros
Participation frais de fonctionnement Missions  6 000 euros
Santé, opérations diverses et pharmacie   1 075 euros
Aide exceptionnelle à Nitendriyo (brûlé en usine)  2 120 euros
1170 opérations de cataracte et frais de transports 9 100 euros
Forages de puits (2 très profonds à 1100 € et 10 à 10 m prof.)   3 700 euros
MOANO-GHAR Tables et bancs pour 6 classes de 24 élèves 6 800 euros

MOANO-GHAR – travaux de réhabilitation du Campus après  les inondations et glissements de terrain de Juin 2017…  

20 000 euros

Financement exceptionnel d’un donateur particulier avec l’autorisation du bureau des ONG du Bangladesh, pour un dortoir de 90 jeunes filles à Moanoghar

24 850 euros
  92 286 euros

                                                                                                      

BUDGET pour l’année 2018
PANCHGAON éducation et nourriture enfants du village 6 000,00 €
Actions de développement Villages du N des CHT  6 000,00 €
Forage de puits peu profonds à 135 €    1 350,00 €
Forage de 2 puits profonds à 1 100 €   2 200,00 €
Forage de 2 puits profonds à Kolajhiri 2 200,00 € 
Installation électricité dans villages – 35 pylônes à 80 €    2 800,00 €
Installation de 8 fosses septiques au village de Milampur 1 240,00 €
Chirurgies diverses et Opérations de la cataracte  3 000,00 €
Travaux MOANO-GHAR réhabilitation d’un dortoir   14 000,00 €
Parrainages et formations techniques   2 000,00 €
PANCHGAON  nourriture et scolarisation enfants (Suzanna) 6 000,00 €
Un générateur pour la Maison du Riz à Milampur   720,00 €
  47 510,00 €