Aggrandir la taille du texte R�duire la taille du texte imprimer cette page

courrier du 30 10 2019

Lettre d'information importante aux adhérents de P.des Collines

   Peuples des collines                                                                          Ternay le 30 octobre 2019

   Chers Amis,

Notre courrier du 26 mars 2019 accompagnait le compte-rendu de l’Assemblée Générale de l’année 2018. Habituellement nous vous adressons une « lettre d’été », mais depuis fin juin, notre correspondant Ghana Jyoti Chakma, responsable des projets sur place, vit un drame familial. Après avoir perdu une de leurs deux  filles en 2014, Meakai son épouse de 39 ans se trouve atteinte d’une maladie grave.

 

Depuis fin juillet, de très nombreux déplacements à l’hôpital de Chittagong (8h de bus AR) ont perturbé ses activités habituelles ; notre association l’a aidé en juillet à hauteur de 450 euros pour des frais médicaux. Le diagnostic des médecins du Médical Collège n’était pas clair, donc aucun traitement sérieux n’a été entrepris.

 

Il lui a été conseillé de consulter dans un hôpital spécialisé à CHENNAI, dans l’état du Tamilnadu en Inde du Sud. Seul un transport par avion était possible, d’où frais de passeport, de visa, de billets, de séjour sur place, d’hospitalisation et de traitement.

 

Nous lui avons promis de l’aider, juste retour du travail qu’il fait pour nous depuis plus de 15  ans, tout en lui suggérant de demander une aide, si modeste soit-elle, aux multiples bénéficiaires  des différentes améliorations de vie qu’il a dirigées de notre part.  Et, surprise

extraordinaire ! il a récupéré la valeur de 1000 euros (100 000 TAKAS, monnaie locale) auprès de ses amis et voisins ainsi que de personnes qui ont bénéficié des opérations des yeux, de l’eau potable des puits et du bassin de pisciculture.

 Ces gestes traduisent aussi une reconnaissance des villageois pour son travail non partisan,  son charisme et son implication  dans les projets à Khagrachari et Dighinala.

 

Ghana Jyoti Chakma et son épouse ont donc pris l’avion le 6 octobre, pour 3 semaines.

L’association a participé aussi aux frais de séjour et d’hospitalisation pour 1500 euros.

Ghana Jyoti a rapporté le diagnostic d’une leucémie pour sa femme et un traitement adapté  pour quelques mois. Nous vous donnerons des nouvelles dans le prochain courrier.

 

Actions réalisées à ce jour sur le budget 2019

Deux programmes d’opérations de la cataracte et un puits étaient prévus entre octobre et novembre ; le souci actuel de Ghana Jyoti les repousse d’un mois ou deux.

 

Par contre nous avons pu financer une grande partie de ce qui était promis pour le site de Moanoghar, le grand collège-lycée situé dans le district de Rangamati :

- Réfection du mur soutenant le dortoir de Bishaka (3 000 €) photo

- Construction d’un escalier surélevé menant à un bâtiment scolaire (5 943 €) photo

- Achat de matériel de bureau (ordinateur, imprimante, copieur, projecteur, objets scolaires, traditionnels  (5 900 €) ; un spectacle culturel été organisé à DHAKA le 7 septembre par les grands élèves avec un bénéfice de 2 500 € (200 000 Takas en monnaie locale).

                                                                                                                                                                          …/…

 

                                                                                                                                                                          …/…

Une aide pour trois étudiantes universitaires hors Moanoghar :

  • Joyeeta Chakma – est en 2è année sur trois en management – 400 € pour un semestre
  • Eshumoni Chakma – est en 3è année sur cinq (agent de banque) - 360 € pour son logement semestriel seulement
  • Alina Chakma (l’aquarelliste) 2è année sur 4 aux Beaux-Arts de Dhaka –700 € pour un semestre

(Photos de deux dessins de 1ère année)

 

4 stages de 6 mois en informatique (100 € chacun) ont apporté un complément de formation appréciable pour 4 collégiens.

 

Le programme de Panchgaon s’est arrêté en mai (3 000 € ont été versés en février et mai). Suzanna Hacha, responsable depuis 2001, victime d’une tumeur au cerveau, ne pouvait plus assumer sa charge, nous avons arrêté ce projet ; elle n’est pas remplacée pour l’heure.

 

4 km de route dans le village de Dighinala ont été aménagés avec 38 poteaux électriques (dernier acompte 1 200 € versé  le 12 Juin) ; les branchements individuels dans chaque maison ne sont pas terminés, ils seront pour la plupart à la charge des habitants (environ 90 euros par famille).

 

La Fondation Daniel DUCOIN (sous l’égide de la Fondation de France) s’est éteinte en mai 2019, après nous avoir soutenus pendant 20 ans. Il nous a été distribué exceptionnellement  cette année, 20 000 euros ; cette généreuse subvention a permis de couvrir la moitié du budget 2019.

 

 

 

Budget souhaité pour 2020

 

              Un seul projet pour Moanoghar en 2020 :

Site d’éducation d’excellent niveau, l’enseignement est classique, du Cours élémentaire au Bac d’une part, et technique d’autre part, ouvert aux élèves de 4è pour un apprentissage en menuiserie, charpente, tissage, couture.

 

Une dernière demande de Moanoghar serait la création d’un atelier de mécanique. Un local est disponible sur le campus ; coût du matériel nécessaire…………………            18 000 €

 

 

Si vous souhaitez continuer à nous aider en 2020, le budget se définira comme suit :

 

  • Atelier de mécanique à Moanoghar……………………           18 000 €
  • Aide à 3 étudiantes universitaire hors Moanoghar                  1 750 €
  • Frais de santé ou opérations d’urgence……………………        600 €
  • 100 opérations de cataracte + frais de transport…..                6 000 €
  • Salaire annuel de Ghana Jyoti (900 €) et aide diverses           3 000 €
  • Le forage d’un puits si pas fait en décembre 2019...                1 000 €
  •                                                                                                      ______

                                                                                                              30 350 €

                                                                                                                             

La région des C.H.T. est toujours interdite aux étrangers mais j’ai le rêve de retourner une dernière fois dans « nos collines ».

La région est divisée en trois districts :

*celui Rangamati où est situé Moanoghar,

*celui de Khagrachari où se trouvent les villages où nous sommes le plus intervenus : et * le district de Bandarban où nous avons investi principalement dans l’éducation

              Scolaire de 1998 à 2006.

 

Nishan Chakma, le responsable de Moanoghar doit pouvoir m’obtenir une autorisation spéciale du Gouvernement pour les deux 1ers districts du fait de l’investissement de notre association dans cette région et de la renommée de Moanoghar .

Mon époux m’autoriserait à retourner au Bangladesh à la condition d’être accompagnée…

 

Un des Chakma français (du groupe des « 72 » ***), Maxime Chakma l’avait fait durant deux semaines en 2013 ; vous pouvez retrouver la relation de ce séjour très intéressant dans un courrier du 21 Mars 2013 ; c’est un père de famille sérieux et très impliqué dans notre travail pour son peuple dont il a gardé la langue. Il serait d’accord pour m’accompagner en Février prochain dans les mêmes conditions.. 


Comme l’an dernier, il refera cette année une vente de vin dans sa région de Nancy au profit de « Peuples des Collines ».

Il aimerait continuer de travailler avec Ghana Jyoti pour des projets plus modestes.

 

Il parait donc nécessaire d’aller  sur place pour parler avec Ghana Jyoti de cette possibilité,

de visiter le site de Moanoghar qui a « grandi » de deux bâtiments scolaires offerts par le Gouvernement ces 4 dernières années,  de contrôler la bonne implantation et l’entretien des différents puits réalisés depuis 4 ans, d’aller rendre visite aux chirurgiens Ophtalmo, qui ont réalisé pour les villageois plus de 2000 opérations à l’hôpital de Chittagong, tout cela …sans compter le plaisir de retourner dans les villages et rencontrer familles et amis connus.

 

Voilà un des projets pour l’année prochaine ! pourrons-nous le réaliser ?

 

Ce qui est certain, c’est que grâce à vous, un travail formidable a été accompli pour améliorer la situation si précaire de populations lointaines, mais proches de notre cœur.

 

Très amicalement,

 

Marie-Claude Rubin,

                                                                                                                               

              Ci-joint, une page de photos

 

 

P.S. Nous profitons de ce courrier pour vous rappeler le livre en deux volumes de Paul Nicolas « La fabrique d’une Communauté Transnationale » aux éditions L’Harmattan, sur le déplacement de 72 garçons, du Bangladesh en France le 6 octobre 1987, et accueillis dans des familles françaises.

Ce livre a été présenté à LYON, à la librairie « Raconte-moi la terre » et à Saint Dié au Festival international de la Géographie, le 4 octobre dernier.

A commander dans votre librairie locale ou sur internet.